7e jour !

1 - Barrage de table

Notre fine table d'épicéa doit être barrée, c'est à dire renforcée de barres d'épicéa, disposées de manière à ne pas trop étouffer les vibrations de la table. Leur disposition est asymétrique, selon qu'elles sont côté aigus ou graves.

Les barres en épicéa, fil perpendiculaire à la table, sont collées puis profilées en forme d'ogive à l'aide des rabots. Enfin, leurs extrémités sont affinées, à la gouge ou au rabot à semelle convexe.

Nickel !


2 - ébauche du chevalet

Le modèle du chevalet, caractéristique de la guitare de Grobert, est reporté sur papier, collé sur un morceau d'ébène puis débité à la scie à chantourner.

Inutile d'en faire plus à ce stade. En raison des écarts existant entre le plan et notre guitare, seule une mise en situation peut nous permettre de définir certaines cotes.

3 - entaille des contre-éclisses

Les contre-éclisses doivent être entaillées pour laisser passer les extrémités des barres, qui se prolongent jusqu'aux éclisses.

Pour cela, la table barrée est posée sur la couronne d'éclisses, bien centrée, puis l'emplacement des barres est marqué au crayon. Un coup de scie et de ciseau plus tard, et la table se pose (normalement !) sans jour sur les éclisses.

Si ça ne rentre pas, les entailles peuvent être rectifiées.

4 - position du chevalet

Notre diapason est de 63,5 cm. Nous ajoutons 1 mm (pour la compensation dans les aigus) et nous obtenons la position de notre sillet de chevalet (arrêt de la corde à son point bas).

Notre chevalet peut ainsi être précisément positionné :

La position précise des chevilles extrêmes (1ère et 6e cordes) est obtenu à la règle rectifiée, à droite et à gauche, en respectant les positions habituelles de ces cordes sur le manche (environ 4 mm du bord de touche) :

Nous avons nos cordes extrêmes, nous pouvons tracer nos intervalles, égaux au chevalet (ce sera un peu différent au sillet de tête) :

La position exacte du chevalet est repéré sur notre table à l'aide de 2 petites pointes clouées et coupées à ras du chevalet. L'empreinte laissée dans l'épicéa de la table nous sera utile demain, où les clous seront remplacés par de petites piges de calage en bois (des piques à brochettes).