13e jour sur 15 à l'atelier de lutherie.

La guitare munie de sa touche, brute de collage :

Allez, on entame les finitions !

1 - finition de la touche

Les bords de la touche sont finis bien droits (râpe, lime, racloir) :


2 - perçage des trous de chevilles

A la perceuse à colonne, diamètre 7. Les trous seront finis demain à la lousse (alésoir conique).

3 - finition du manche

Le manche est ébauché par plans, puis arrondi (râpe, racloir, bande abrasive).

4 - perçage du trou de bouton

Comme pour les chevilles, on perce à 7 et on finira demain.


5 - sciage et pose des frettes

Les frettes prennent place dans des traits de scie de 0,6 mm, faits avec une scie japonaise sans voie, une horreur complète qui scie en tirant et coince sans arrêt. Une cale aide à démarrer le trait sans dévier. Il faut ensuite former son trait en dégageant la scie à chaque coup.


Les frettes (en maillechort) sont coupées un peu plus grandes que la largeur du trait. Le fil, en forme de T, est muni, sur sa barre verticale, de petites ancres qui assurent son maintien en place. A la pose, il faut faire attention à ce qu'aucune ancre du fil de frette n'arrive pile au bord. Ce serait moche et inutile et dangereux (risque d'éclat en bord de touche).

Les frettes sont posées au marteau de bronze, censé ne pas marquer les frettes (avec une réussite plus ou moins heureuse, un montage à la presse ou à l'étau me semblerait plus propre) puis arasées à la pince coupante...

...puis limées à ras du manche (90° puis 45°), et enfin finies au papier de verre fin :

5 - finition du chevalet

On finit le chevalet en alésant, à la petite lousse, les trous de chevilles à leur bonne dimension :


Puis en collant à la cyanoacrylate les deux pastilles au bout des moustaches, confectionnées à partir de chevilles repolies au mandrin et coupées à la scie :

6 - ponçage

Une petite heure de ponçage devant The Deer Hunter et la guitare est (quasiment) prête à être vernie !