Suite du projet de mini-moteur 4 temps avec l'usinage des soupapes d'admission et d'échappement.

Les soupapes sont tirées de la queue d'une vieille soupape de Mercedes, empruntée à l'ancien garage de la place de Haguenau :

La face sciée est tout d'abord dressée, puis la queue chariotée à 9 mm (diamètre de la soupape d'échappement) :

La longueur totale de la soupape, 29,5 mm, est reportée à l'aide d'un outil à l'arête nette, puis la queue de la soupape est progressivement amenée à un diamètre légèrement supérieur à la cote finale (environ 3,10 mm au lieu de 3). La tête de la soupape est amenée à une épaisseur d'un mm.

La tulipe est mise en forme à l'aide d'un outil à bec rond, puis le chariot superieur est préparé pour la réalisation de la portée de soupape, qui est constituée d'un chanfrein à 110°. Un outil pelle est tout d'abord aligné à 180° à l'aide du mandrin, puis la tourelle est pivotée de 35°. Le chanfrein est réalisé jusqu'à ce que la tête soit ramenée à une épaisseur de 0,3 mm. Le chanfrein est ainsi bien coté à 0,7 mm :

La queue de la soupape est ensuite très progressivement amenée par pierrage à la bonne cote (2,97 mm, c'est correct). Le diamètre doit être très régulièrement vérifié. La finition se fait au papier abrasif 600 puis 1200.

La soupape usinée est ensuite sciée (cette nuance d'acier, très dure, se tronçonne difficilement), reprise dans un manchon en cuivre pour ne pas abîmer la surface (à défaut de mors doux), puis dressée. Le polissage de la queue peut être achevé au brunissoir :

Les soupapes finies :