On creuse les extrémités...



Le chevalet est taillé en biais pour la compensation.



L'autre côté, pareil en parallèle. Les côtés sont travaillés au rabot et au racloir-pistolet afin de passer, d'une extrémité à l'autre, d'une surface concave à une surface convexe. (ok, c'est incompréhensible, allez voir le plan)



Le dessous du chevalet est usiné sur 3 mm afin de ne laisser que deux petites surfaces d'appui, à la manière d'un chevalet de violon.



Le chevalet est allégé par creusage à la gouge et au ciseau.



Après polissage à la ponce-soie + huile de lin :



Montage à blanc vite fait avant positionnement et collage des moustaches :



(et le chevalet ultra moche en acajou-plastique d'origine en rappel, pour bien voir le progrès)