Un itinéraire préliminaire terriblement multimodal en bateau, vélo bus et train depuis la gare maritime de Rosslare jusqu'à Ballyragett (Kilkenny).



2 juillet - Cherbourg Rosslare

A bord du Norman Voyager, un écran permet de visualiser la position du bateau et son itinéraire, qui part du Cotentin, contourne l'Angleterre et pique sur la côte est de l'île d'Irlande.

Le bateau file tranquillement ses 24 nœuds et, une fois le bar fermé et les dernières bières bues, les lumières sont réduites et le pont 5 sombre dans une étrange torpeur.

Le temps est frais en mer et je regrette de ne pas avoir pris mon pull, resté dans l'un des sacoches du vélo. La nuit est un peu longue, un peu comme un voyage en bus.

Au petit matin, les passagers commencent à s'agiter et le restaurant de bord propose un petit-déjeuner qu'il serait déraisonnable de refuser. Le bateau double à ce moment les côtes de la Cornouailles, que l'on perçoit de loin. Il est temps de passer montre et compteur à l'heure d'Irlande (-1h).

Les heures s'étendent et, en fin de matinée, les coursives s'animent : l'Irlande est en vue !

Nous longeons sa côte est pendant deux petites heures quand le ferry entame, à 13 heures, sa manœuvre vers le port de Rosslare.

Rosslare Waterford

A vélo, on peut quitter le ferry sans attendre. Ah ! Il faut faire attention de rouler à gauche, c'est un peu nouveau comme jeu. Après l'interrogatoire à rallonge de la Gardia, direction la gare, que je pense pouvoir trouver sans soucis.

Ce n'est qu'après une demi-heure d'errance que je la trouve : ni gare ni automate ni même d'horaires, il ne s'agit que d'un triste quai en cul-de-sac bien planqué à la sortie du terminal et seule l'assistance d'un employé du fret me permet d'apprendre que le seul train de l'après-midi est parti une heure avant l'arrivée de mon ferry.

Tant pis, direction l'arrêt de bus, où le prochain bus pour Waterford est annoncé à 14h40. Le vélo est fourré sans supplément dans la (large) soute et, à 16 heures, nous arrivons à destination.

Je comprends rapidement pourquoi je n'ai pas pu réserver d'auberge de jeunesse ici : un festival de vieux gréements et un grand soleil ont attiré une foule venu incroyablement nombreuse.

Il faut bien une demi-heure au bus, pour rejoindre le centre, son terminus.

Waterford Kilkenny Ballyragget

Le temps de quelques photos et je décide de fuir rapidement cet endroit surpeuplé et où je n'aurai aucune chance de trouver un hébergement.

A la gare, un train pour Kilkenny est annoncé dans la demi-heure. J'y ai repéré une auberge de jeunesse qui fera un excellent point de départ pour ma balade à vélo.

Le vélo voyage en supplément pour 2,50 euros, mais leurs espaces de rangement demeurent d'un fonctionnement obscur. 

Arrivé à Kilkenny, je me mets à la recherche de mon auberge de jeunesse.

Ma liste, tirée du site de l'association irlandaise des auberges de jeunesse, m'indique qu'elle se situe à 8 km à l'extérieur de la ville, une paille qui me permettra de revenir plus tard profiter de l'animation du samedi soir. Je suis, pour le coup, bien fier d'avoir pensé à l'imprimer.

Après avoir roulé bien le double de la distance et demandé mon chemin aux seules trois personnes croisées dans le no mans land de la campagne kilkennoise, je trouve un panneau indicateur et enfin l'auberge, située dans l'ancien château de Foulksrath... et qui semble à l'abandon depuis des années. Peut-être trop de fantômes ?

Il commence à se faire tard et me promettant d'écrire à mon retour un courrier incendiaire à l'Anoige, je poursuis mon chemin jusqu'à Ballyragget, la ville suivante.

J'y trouve un pub qui propose des chambres à l'étage. Je saisis l'occasion sans hésiter et me retrouve locataire pour la nuit d'une une chambre confortable et accueillante, avec salle de bains et bière à portée immédiate, pour à peine 25 euros.

Le vélo dormira lui aussi au chaud dans la cage d'escalier, avec 37 km au compteur.

Le temps de prendre une douche, et je peux enfin m'autoriser ma première Guinness ; la télé diffuse des courses de greyhounds, me voici pour de bon en Irlande.